The Expendables 2

The Expendables 2

Dire que j’aime le premier film Expendables, c’est comme dire que son nombre de morts est un peu élevé. Pourtant, malgré mon enthousiasme pour son exécution et son concept, même moi, je ne pouvais pas admettre qu’il était parfait. Bien sûr, il contenait tous les bons éléments, y compris le moment tant attendu où Stallone, Willis et Schwarzenegger sont finalement apparus ensemble à l’écran, mais il a lutté un peu sous le poids de l’attente.

Le film The Expendables 2

Si vous avez vu le documentaire The Expendables, Inferno, sur Blu-ray, vous apprécierez le fait que Stallone s’est presque tué en essayant de le faire faire, tout en étant à la fois acteur et réalisateur. Mes espoirs étaient grands, alors, qu’en confiant les responsabilités de direction à Simon West (Con Air), The Expendables 2 surpasserait l’original. Ce que je n’aurais jamais pu prédire, c’est à quel point Expendables 2 serait supérieur dans tous les domaines.

C’est plus gros, meilleur et plus sanglant, et même l’humour cette fois-ci. Du début à la fin, c’est une joie à voir, d’autant plus que le sens du ridicule qui a imprégné le Con Air de l’Ouest est présent partout.

J’ai l’habitude des films d’action qui commencent par des vernissages bombardés – après tout, tous ceux qui ont grandi avec James Bond s’attendent à de telles choses – mais la scène d’ouverture de The Expendables 2 est excellente. Si jamais il y avait des doutes que le niveau de violence diminuerait avec l’ajout de Chuck Norris, alors ceux-ci sont bientôt apaisés en quelques secondes, alors que Stallone et le gang déciment une armée entière avec des fusils, des couteaux et des Jet Li.

Si vous étiez l’une de ces personnes qui se sont réjouies des gains explosifs de Rambo 4, alors préparez-vous à ce que la totalité de ce film soit dépassée dans les dix premières minutes de Expendables 2. C’est comme si la mission du film était de construire un plus grand nombre de corps explosés que les films précédents. En effet, comme prévu lorsque Liam Hemsworth a été ajouté à la distribution, il semble avoir hérité de l’arme de choix de Matthew Marsden du quatrième Rambo.

Expendables 2 est implacable, sans perdre de temps pour rien d’autre que la mise en place d’une nouvelle menace et quelques nouveaux membres de l’équipe. Et quand il y a enfin un cessez-le-feu momentané dans l’action, la comédie l’emporte. Chacun des membres de la distribution de retour semble tellement plus détendu, car ils se ridiculisent les uns les autres, se prêtant un sens de la camaraderie beaucoup plus grand à l’équipe, des oreilles de Toll Road, à l’ego de Noël et à la technique de tirage de Gunnar.

C’est un choix inspiré pour faire de Gunnar un film plus comique, avec Dolph Lundgren mangeant ses chances de jouer pour rire – son visage de séduction doit être vu pour être cru, bien que c’est une image qu’aucune quantité de frottement mental ne peut enlever.

Heureusement, au milieu du chaos, Barney Ross de Stallone et Lee Christmas de Statham ont encore quelques scènes ensemble, qui ont été le point culminant du premier film, et leur relation combinant frères et sœurs dans le sang avec une dynamique père/fils fournit un noyau solide pour le film et beaucoup d’humour. Leur retour à un ancien style  » classique  » d’interrogatoire est un point culminant. La vie amoureuse de Noël est aussi un simple jeu de côtes et de plaisanteries, de sorte que le pauvre Charisma Carpenter a encore moins à faire cette fois, laissant les fans de Buffy déçus une fois de plus.

Nan Yu, en revanche, comme Maggie, s’en sort beaucoup mieux. Malgré la sortie d’une feuille de personnage, Yu semble malheureusement absente de la dernière ligne d’affiches pour faire place aux plus grands noms, ce qui, je suppose, a du sens d’un point de vue publicitaire, mais n’est en aucun cas représentatif de son rôle. Elle fait un excellent ajout à l’équipe, dissipant tranquillement toutes les craintes de devenir une femme symbolique avec suffisamment de sparring verbal et physique pour se tenir debout sur des chevilles de niveau. Je suppose que son lien avec Dolph Lundgren dans Diamond Dogs l’a mise sur le radar, et à juste titre, mais j’espère toujours que des gens comme Cynthia Rothrock (qui vient de revenir au théâtre) et Gina Carano seront même les deux sexes à un moment donné dans une autre suite.

Je craignais qu’avec l’augmentation de l’alignement de Expendables 2, le film devienne encombré et flou, mais l’utilisation de chaque nouveau nom majeur était astucieusement faite pour un effet maximum (et cela fonctionnait aussi, car le cinéma plein à craquer que je voyais dans les applaudissements et les rires à chaque révélation). Je ne gâcherai rien ici, mais tout le monde a été très, très bien utilisé. Ma femme a dit qu’elle avait de la peine pour Chuck Norris, car il semble bien qu’il n’était pas dans la blague, mais ce n’est pas une mauvaise chose.

Réprenant son rôle d’Église, Bruce Willis est toujours aussi cool sans effort, et vole toujours toutes les scènes dans lesquelles il se trouve. Son rôle dans l’histoire est bien raisonné, et son personnage est tout à fait la merde, ce qui est de loin le meilleur moyen d’exploiter le charme sournois et la nature sarcastique de Willis.

Maintenant, j’ai un aveu à faire – et un aveu qui me fera plus mal que vous – mais s’il y avait un point faible dans le film, c’était Arnold Schwarzenegger. Voilà, je l’ai dit.

J’étais absolument ravi de le revoir là où il doit être, mais son absence du grand écran semble l’avoir rendu un peu rouillé, et son rôle n’aide en rien. Son personnage, Trench, a un dialogue qui n’est guère plus que des plaisanteries auto-référentielles, quelque chose à laquelle il a déjà excellé, et certains, pas tous, sont un peu forcés. C’est peut-être une question d’abandon de ma part, mais il n’y a encore qu’un nombre limité de blagues  » je reviendrai  » qui peuvent être faites en l’espace de 102 minutes.

Puis nous arrivons à Jean Claude Van Damme. C’est un acteur que j’ai toujours soutenu depuis le début, donc c’était une déception écrasante quand il a refusé l’offre de Stallone pour un rôle dans le premier film. Il s’avère que c’était la décision la plus sage que Van Damme aurait pu prendre, puisque le subtilement nommé Jean Vilain lui donne ici un rôle de prune – JCVD brûle l’écran dans ce qui est sans doute la meilleure performance de sa carrière.

La rivalité entre Stallone et Van Damme dans la vie réelle ne s’arrête pas aux insultes. La tension entre eux est tangible, et quand vient le temps inévitable d’un face-à-face, les choses se déchaînent de la manière la plus brutale et la plus exaltante.

J’ai grandi à une époque où les franchises de films d’action ont donné naissance à des suites sur le marché de la vidéo, la plupart du temps sans leurs vedettes originales (il suffit de regarder les premiers véhicules de JCVD comme Bloodsport, Kickboxer et Cyborg) et même les plus grandes franchises comme Lethal Weapon, Rambo et Beverly Hills Cop se détériorent au cours de plusieurs films. Cela fait de The Expendables 2 une anomalie de la meilleure façon possible.

C’est hystérique, explosif et violent, plein de références au travail de ses acteurs (et même des expériences de la vie réelle) et tout cela est exceptionnellement bien géré par Simon West, un réalisateur qui nous a déjà donné un excellent film d’action dans Con Air. Avec The Expendables 2, il est de nouveau à l’affiche : c’est un film d’action qui roule, l’un des films d’action les plus agréables de ces derniers temps. Et, pour moi, The Expendables 3 ne peut pas venir assez vite…..